L’orangeraie
janvier 25, 2020
 

L’îlot urbain alternatif


Retour aux projets

Projet de fin d'étude - Juillet 2020

Atelier Rémy Marciano , Christophe Migozzi, José Morales

École nationale d'architecture de Marseille
DE2 architecture processus et partage/DE2 architecture & mutation
Nouveaux lieux, habiter la métropole

Découvrir

Sommaire

Introduction
Manifeste
Le site : La Capelette
L'ilot alternatif

S'adresser à la ville
Se Rencontrer
Partager

S'adresser à la ville
Se Rencontrer
Partager

REMERCIMENTS
Cette fin d’épopée a été particulièrement unique dans la façon de travailler et d’échanger avec le corps enseignant du studio durant cette situation de COVID-19.
Je remercie mon directeur d’étude Rémy Marciano puis Christophe Migozzi, José Morales pour leurs conseils et leur encadrement. Enfin je remercie encore et surtout ma famille, mes amis, mes proches et mon entourage pour leurs soutiens permanents depuis le début jusque dans les moments les plus difficiles.
 

Introduction

Voici le projet de fin d’étude d’un architecte en confinement qui, depuis la vue de sa cuisine, rêve de traverser son îlot, en passant à travers la nature et le bâti hétérogène de Marseille. Son seul moyen est d’emprunter les quelques voies, qui séparent et divisent ce tissu en parcelles puis en îlots. Le confinement lié à l’épidémie de Covid-19 nous a révélé une ville silencieuse sans voitures, de l’entraide, mais aussi des appartements exigus, des situations d’isolements, des espaces de respiration privés parfois trop petits, voire inexistants... L’îlot urbain alternatif est un projet qui remet en question notre façon de vivre, à travers nos déplacements, notre manière de consommer, de produire, d’habiter, et de travailler. Il cherche à redéfinir le lien social à travers avec les contraintes d’aujourd’hui :

les contraintes écologiques,
les contraintes sanitaires,
les contraintes climatiques.
Mind mapping de l'ilot urbain alternatif
L’îlot alternatif est un projet d’aménagement d’une parcelle, de 2 hectares, située en centre-ville de Marseille dans le quartier de la Capelette. L’échelle permet le travail sur une diversité programmatique : logements, bureaux, commerce, agriculture urbaine et industrie de quartier. Il tente d’explorer un « vivre autrement » selon 2 grands axes : vivre ensemble et vivre aujourd’hui.
Vivre ensemble fait pour moi, antillais, né en Guadeloupe, référence à une culture différente. Aux Antilles, les îles sont régulièrement balayées par des ouragans, l’entraide est donc omniprésente et indispensable et de fait, le lien social est façonné par la nécessité. Cependant il s’entretient et se construit au quotidien, à travers l’ensemble des activités : travail, loisir, famille, voisinage, etc. C’est donc à travers une approche multi programmatique que j’ai voulu explorer ce champ en architecture.
Vivre aujourd’hui c’est vivre à l’heure des préoccupations écologiques, des évolutions climatiques, et désormais peut-être des contraintes sanitaires. C’est surtout vivre dans un monde changeant qui demande plus d’adaptabilité et de réactivité. Un monde où le lien social, fortement malmené, doit être renforcé.
Là encore, mes origines m’influencent face aux challenges de notre temps (écologiques, climatiques). Les caractéristiques îliennes m’ont très rapidement amené à favoriser les matériaux biosourcés et les circuits courts (Cf. mémoire). L’expérience des destructions post-cycloniques et des nécessités de reconstruction m’ont fortement sensibilisé au réemploi. Si les contraintes sont différentes à Marseille, les besoins de mutabilité dans un contexte de changement rapide et d’incertitude confirment mon intérêt pour les plans libres et la création de respirations inter bâties.
Enfin, L’expérience du confinement lié au Covid 19 nous a fait découvrir une ville silencieuse, des appartements parfois étroits (lorsqu’on y est assigné), les avantages et les difficultés du télétravail et de la colocation, l’importance des espaces extérieurs privés et le besoin de nature en ville. Nous nous sommes ouverts à nos quartiers et nous avons réussi à tisser une relation de proximité, inexistante lorsque l’on fait ses courses à un bout de la ville et du sport à l’autre bout.
La crise sanitaire fut riche d’enseignements. Nous présenterons ensuite une analyse du site : situation dans la métropole, histoire, accès et circulation, équipements existants, contraintes (gêne sonore, risques liés à l’eau). Puis nous entrerons dans le projet selon 4 angles d’approche correspondant aux thèmes suivants :

HABITER,
TRAVAILLER / APPRENDRE,
SE NOURRIR / CONSOMMER,
SE DIVERTIR.

Manifeste pour une architecture de demain

Pour des logements partagés
Pour des logements flexibles
Pour des logements ventilés et traversants
Pour des logements qui favorisent les échanges intergénérationnels

Pour des bâtiments qui s’adaptent et permettent l’évolutivité
Pour des bâtiments qui favorisent les lieux de partage et qui mettent fin à l’isolement

Pour des cœurs d’îlot vivants
Pour des cœurs d’îlot poreux
Pour des îlots qui dialoguent avec le quartier
Pour des îlots productifs en nourriture

Pour une ville silencieuse sans le bruit des voitures
Pour une ville piétonne aux transports doux
Pour une ville poreuse
Pour une ville qui favorise les circuits courts et les acteurs
Pour une agriculture urbaine

Pour des matériaux sains, chaleureux
Pour des matériaux à faible bilan carbone et réutilisable
Pour la revalorisation des déchets
Pour un accès au sol naturel, à la nature
Pour une valorisation des déchets

Pour une architecture qui redéfinit le lien social
Pour une architecture qui multiplie les interconnexions entre les différentes échelles
Pour une architecture qui rapproche, qui rassemble, qui s’adapter aux changements

Pour une architecture résiliente…

La Capelette

La Capelette est un ancien quartier industriel de Marseille. Il tient son nom grâce à la présence d’une ancienne chapelle (du Provençal : Capeleta/Capeleto, qui signifie : petite chapelle) construite au 13e siècle, délabrée en 2005 puis démolie en 2017. Après son passé industriel, la Capelette essaye de retrouver une identité, entre les terrains vagues, les friches,le palais omnisports l’A50 et le centre de transfert de déchets.
demolitions web

Page en cours de publication !